LE BLAIREAU

Le blaireau

Le Blaireau européen (Meles meles) est un mammifère appartenant à l'ordre des carnivores. C'est le plus grand mustélidé de France : 70 à 100 cm de long et environ 30 cm au garrot pour 10 à 12 Kg. Les blaireaux vivent en petit groupe. Alors qu'en Angleterre des clans peuvent compter plus de 35 individus, en France, et dans la majorité des pays européens, les groupes sont constitués en moyenne de 2 à 5 adultes.
Le blaireau a un régime alimentaire généraliste et varié, notamment en fonction de la saison et de la facilité d'accès aux ressources. Les vers de terre représentent une large part de son alimentation mais il se nourrit également d'insectes, de mollusques, d'amphibiens, de micro-mammifères, de charognes, de fruits, de bulbes, de baies, de céréales…

Reproduction / Dynamique

La dynamique et le renouvellement de population est très lente chez cette espèce. En effet, tous les clans ne se reproduisent pas tous les ans. Une portée (2 à 3 jeunes en moyenne) a lieu dans 30 et 50 % des clans seulement chaque année. Cela veut dire que potentiellement, chaque clan peut augmenter sa population d'un individu tous les 2 ou 3 ans. Cette potentielle "augmentation" doit compenser la mortalité naturelle, accidentelle (route) et par la chasse.

Statut Juridique

Protégé dans de nombreux pays (Angleterre, Belgique, Pays-bas…), le blaireau est une espèce "gibier" en France. Elle est chassable, soit par tir, soit par vénerie sous terre, aussi appelée déterrage. Le déterrage consiste à acculer le blaireau dans son terrier par des chiens introduits dans les galeries, puis à creuser afin de le saisir avec des pinces. L'animal est ensuite tué ou plus rarement relâché. Le piégeage du blaireau est interdit. Il arrive cependant que cet animal soit piégé, volontairement ou non, notamment lorsque le piégeage d'autres espèces est mal pratiqué.

Une espèce en dangers ?

En France et dans les pays frontaliers, les populations de blaireaux ont beaucoup souffert des campagnes de destruction (gazage) des renards mises en œuvre dès les années 1950 dans le cadre de la lutte contre la rage. Certaines populations de blaireaux auraient ainsi diminué de 90% et étaient au bord de l'extinction. Devant l'inefficacité de cette méthode dans la lutte contre la rage (qui fut éradiqué en 1998 par vaccination), le gazage fut interdit en France en 1991. Les effectifs de blaireaux se sont alors progressivement reconstitués.
Aujourd'hui, le blaireau doit toujours faire face à de nombreuses menaces : le trafic routier, en continuelle augmentation, la chasse, le braconnage, et maintenant les arrêtés préfectoraux autorisant la destruction de blaireaux par tous les moyens (piégeage, tir de nuit, etc.) ! Une étude en Lorraine, où la chasse du blaireau y est relativement peu importante, menée de 2006 à 2009 n'a montré aucune augmentation de la population de blaireaux. Par conséquent, ces prélèvements massifs d'animaux vont faire chuter de manière importante les populations de blaireaux et peuvent même entraîner des disparitions localement.

D'autres infos

Télécharger : Le blaireau et l’homme. Pour une cohabitation pacifique. (FNE)
Télécharger : Panneaux d'exposition sur le blaireau. (Serre Vivante)
Livret sur le blaireau. (GEML)
meles.fr
Livre : Do Linh San E., 2006.- Le blaireau d'Eurasie, Delachaux & Niestlé. ISBN : 2-603-01332-7






Le blaireau - Destruction du blaireau en Côte d’Or - Stop à ce massacre : Lettre au Préfet ! - Bilan - Les associations - Contact